Slat : Je peux sauver les océans !

Nous en avions parlé il y a près d'un an ICI : ce n'était qu'un projet.
Désormais, c'est une fondation : The Ocean Cleanup.

Boyan Slat, ce jeune américain de 19 ans, est allé jusqu'au bout de ses convictions pour nettoyer les océans des déchets plastiques !




Du projet à la réalité !



A lire aussi sur le net : Le Matin - Je peux sauver les océans - Sandra Imsand

sans-bpa.com : nouvelle version !

La boutique a pris le temps du week-end pour se refaire une beauté : la nouvelle version est désormais en ligne ! Nouvelle formule de présentation et de recherche des produits... il reste encore de nombreux points à parfaire...
Et comme sans-bpa.com c'est du fait-maison, adapté à nos besoins et nos valeurs, les bugs et coquilles sont encore possibles : toutes vos remarques, suggestions ou détections de pages problèmes sont les bienvenues : la boutique, c'est un peu comme chez vous !


Un grand merci à Karl pour avoir accepté d'effectuer la migration juste avant son voyage.
Et un merci tout particulier à ma M.A.G.I.C.' compagnie pour m'avoir laissée travailler durant ces quelques jours et nuits acharnés.

L'aventure continue...
@ bien vite !

Des yaourts faits maison... au four !

Ma recette des yaourts faits maison n'est pas compliquée et ses ingrédients sont simples : du lait & des yaourts !
Le secret est de respecter le temps de cuisson pour faire des yaourts bien fermes et onctueux. Le choix des ingrédients y joue aussi pour beaucoup : préférez un lait entier et frais (non pasteurisé), un yaourt d’ensemencement de qualité, du sucre de canne...
Voici la recette que je suis depuis plus de 6 ans, me permettant de réaliser 16 à 18 yaourts au four qui pourront être conservés au réfrigérateur plusieurs jours. Pour une recette de 8/9 yaourts, divisez les quantités !

Ingrédients pour 16/18 yaourts
- 2 litres de lait frais entier
- 2 yaourts nature
Envie de yaourts sucrés ? Ajouter 120 g de sucre en poudre.
Envie de yaourts à la vanille ? Ajouter 1 cuillère à café d'extrait de vanille liquide.


Matériel
- un four pouvant chauffer à 40°C ou bien permettant le mode étuve ou levée des pâtes.
- casserole > 2 litres
- saladier > 2 litres
- fouet
- passoire
- 18 pots en verre (récupération d'anciens pots de yaourts ou de petits pots bébés à compote)


Méthode
1/ Faire bouillir le lait dans la casserole.
Pour des yaourts sucrés ou vanillés, y ajouter l'extrait de vanille et/ou le sucre en poudre en mélangeant bien pour ne pas que le sucre accroche le fond de la casserole.
Astuce : pistez bien la levée du lait !
Combien de litres de lait débordant ai-je dû essuyer... Ce n'est pas une mince affaire de nettoyage, qui plus est, beaucoup de lait est perdu pour rien.

Pour vos premières fois, restez près du feu tout en pistant votre montre : ainsi, vous connaîtrez le temps d'ébullition de votre lait pour la prochaine fois. Cette durée dépend de la nature de votre casserole (une casserole inox 18/10 est idéale) et de la puissance de votre feu.
Chez nous, il faut compter 10 minutes.


2/ Faire réduire le lait au 1/10°
Le lait bout : baissez le feu (feu mi-doux) et laissez-le réduire à ses 1/10ème.
Astuce : 1/10ème, qu'est-ce donc ?
Regardez la hauteur qu'occupe le lait dans la casserole : divisez cette hauteur en 10 mesures (ou 10 paliers). Imaginez alors que le niveau de votre lait dans la casserole doit descendre d'un palier : on dit donc que le lait a réduit au 1/10ème !
Je suis peut-être maladroite de donner cette précision... Je me souviens n'avoir absolument pas compris cette "réduction" en découvrant la recette pour la première fois !

Chez nous, réduire le lait au 1/10ème dure 25 minutes.
Pendant ce temps, nul besoin de mélanger ou surveiller le lait : le fait d'avoir baissé le feu évite les débordements. Pensez bien à noter votre temps nécessaire pour la réduction au 1/10° : pour les prochaines fois, il n'y aura plus que le chrono à mettre en route !


3/ Faire refroidir jusqu'à 40°C
Le lait ainsi réduit, coupez le feu et laissez refroidir le lait jusqu'à ses 40°C.
40°C ? Pas de panique ! Pour détecter les 40°C du lait sans thermomètre de cuisine (comme moi fut un temps), il suffit simplement de tremper son petit doigt et ainsi juger de sa température:
- ça vous brûle ? Trop chaud, il faut encore laisser refroidir.
- ça vous semble froid ? Trop froid, il faut alors rallumer à feu doux pour atteindre la bonne température.
- ça ne vous fait ni chaud ni froid : c'est donc LA bonne température !
Astuce : durant la phase de réduction (2), la crème du lait forme une couverture quasi étanche : mélangez le lait à une ou deux reprises pour qu'il refroidisse plus rapidement. Il est aussi possible de transvaser le lait de la casserole de cuisson au saladier pour gagner du temps.

4/ Mélanger lait & yaourts
Le lait à 40°C est à verser dans votre saladier, à l'aide d'une passoire pour retenir la crème.
Ajoutez les 2 yaourts et fouettez le tout de façon homogène.
Remplissez alors vos pots en verre, à la hauteur souhaitée : si le lait est déjà sucré, remplir au maximum (il n'y aura pas augmentation de volume). Si vous prévoyez des yaourts à déguster avec de la confiture ou du sucre, ne complétez pas le pot entièrement de sorte à pouvoir touiller facilement votre yaourt.
Astuce : impossible de ne pas mettre partout du lait dans cette phase délicate...
Je transvase toujours mon mélange dans un pichet et verse ainsi peu à peu dans les pots. Finies les bêtises !

Couvercle ou pas couvercle ?
C'est à vous de choisir, selon vos convictions et le contenu de votre frigo.
Personnellement, je ne choisis pas de fermer mes yaourts car je n'ai trouvé pour le moment aucun système me convenant : je n'aime pas les films alimentaires, encore moins les feuilles d’aluminium. Les capsules métallique ont un intérieur douteux, probablement avec BPA, et d'autres couvercles sont faits de plastique de nature inconnue. Mes yaourts sont placés tout en haut de mon frigo et sont ainsi bien protégés.


5/ Placer au four 40°C
Placez les yaourts dans le four à 40°C (en mode levée de pâtes ou étuve pour d'autres.), sur une plaque froide (pas de plaque chaude, vos yaourts risqueraient de former des petits grumeaux en leur fond). Utiliser les grilles relève d'un sacré challenge que je n'ai jamais osé !
Faites cuire pendant 3 heures et laissez-les dans le four, porte fermée durant 6 à 8 heures : ils vont y finir leur temps d'incubation.
Passé ce temps, mettez vos yaourts au réfrigérateur.
Ils se conservent bien entendu plusieurs jours au frigo.

Astuce : mon astuce me semble être un incontournable si on ne veut pas que cette recette tourne au drame...
Je fais toujours mes yaourts le soir et je programme le temps cuisson pour 3 heures avec arrêt automatique du four : mes yaourts restent bien sagement dans le four jusqu'au petit matin. Mis au frigo, je ne les mangerai qu'au midi, voir le soir. On peut les manger au sortir du four, mais pour moi un yaourt délicieux doit être frais.


Voilà donc ma méthode.
Fiche recette facile à imprimer ICI (à venir...)


Rappel de mes astuces  :
ASTUCE TIMING 1
Afin que cette préparation passe incognito dans votre quotidien déjà bien surchargé, le mieux est de faire ses yaourts en même temps que le repas du soir...
Chez moi, quand je suis bien organisée voici ce que ça donne...
18h30 : je commence à cuisiner le repas du soir. Je lance donc le lait à bouillir (1)
19h10 : le lait a réduit (2) et parfois a aussi débordé (!). Je le laisse refroidir (3) et passe à table en famille.
20h15 : repas fini et enfants au lit : le lait est à 40°C ! Je mélange yaourts + lait et place au four (4).
20h30 : les petits pots en verre sont "au lit" aussi, mais dans le four (!) et pour toute la nuit (5). Je programme 3 heures de cuisson à 40°C.
23h30 : non, je ne viens pas éteindre mon four puisque, programmé, il s'éteint tout seul !
Le lendemain (même si c'est une grasse matinée, ça marche quand même !), je place les yaourts au frais.

ASTUCE TIMING 2
Mettez le lait à bouillir & à réduire sous chronomètre (pour ne pas être constamment à le surveiller). C'est du moins ce que vous pourrez faire à votre deuxième fournée de yaourts maison, la première vous servant de prises de timing !

LIBEREE
Faire ses yaourts maison, c'est :
- Ne pas s'encombrer d'un appareil ménager particulier qui finira un jour par rendre l'âme et prendre place dans l'immense tas d'ordures d'électroménager à durée de vie programmée.
- Ne pas dépendre de pots à yaourts spécifiques : on choisit tout type de pot de récupération, en verre, en terre-cuite, grands, petits...
- Pouvoir préparer une grande quantité de yaourt en une seule fournée.

Je ne manquerai pas de vous proposer une petite vidéo de cette recette, tellement c'est facile !

Si vous possédez aussi de très bonnes recettes et astuces pour faire des yaourts tout simplement, venez les poster ci-dessous !





La Quotidienne - France 5 : Le plastique, ce n'est pas si fantastique !

Ravie d'avoir été invitée sur le plateau de La Quotidienne de France 5 qui parlait, ce mercredi 21 mai, des plastiques ! Informations, échanges et conseils autour de cette matière jugée de plus en plus suspecte et dangereuse, je vous invite à (re)découvrir cette émission à partir de la minute 23:45 :

Voir l'émission - à partir de 23:45
Articles complémentaires de Gaëlle Grandon :
" En finir avec les plastiques " & " Les emballages plastiques sont-ils mauvais pour notre santé ?"



Participer à cette émission m'aura permis une belle rencontre avec Bernard Petit du RES (Réseau Environnement Santé).





Enfin, belle découverte de part cette émission, avec Algopack !
Mai signe l'arrivée d'un bio plastique 100% composé d'algue marine, française et entièrement biodégradable.
Une fabuleuse avancée qui, je l'espère, permettra à tous les vilains plastiques de 1 à 7, d'être chassés et définitivement remplacés par ce plastique vert Algopack.
Pour en savoir plus à ce sujet, Arte leur a consacré un FutureMag spécial plastique ( à voir et diffuser !) :

" Au cœur des océans, pollution plastique, transfusion."




Depuis le musée océanographique de Monaco, Raphaël Hitier et Christian Buchet, chercheur spécialiste de la mer, explorent les innovations liées au monde sous-marin. Au sommaire : une caméra high tech qui filme les fonds marins à 360° ; un substitut au plastique produit à partir d'algues ; du sang artificiel conçu à partir de l'hémoglobine de simples vers marins.


Visite guidée d'un frigo sans plastique...


Nous démarrons la nouvelle rubrique Vers une maison sans plastique... avec une visite guidée de mon frigo. Que contient-il ? Malgré le fait que sa porte, ses étagères et son bac à légumes soient en plastique, mon réfrigérateur de 6 ans contient zéro trace de BPA ! Il n'en va pas de même côté plastique puisqu'il accueille parfois quelques aliments emballés sous plastique, achetés à toute hâte. Visitons-le, étage par étage, en commençant par le haut...



Au 1° étage : yaourts & desserts
YAOURTS
Les yaourts sont faits maison, au four, dans des pots en verre de récupération, sans couvercle.
Je n'ai pas encore trouvé de capsules sans plastique et préfère donc de pas les fermer. Pour l'heure, je procède ainsi et les placer tout en haut du frigo me permet de les conserver sereinement.
Faire ses yaourts maison n'est pas compliqué : il s'agit de dompter une fois pour toute la recette et de l'inclure dans son quotidien afin que cette préparation se fasse tout simplement à l'heure de cuisiner.
DESSERTS LACTÉS
Mes desserts lactés dans le frigo se font rares car ils sont vite mangés ! Ils sont habituellement préparés une petite heure avant de passer à table, comme dessert du jour. Tout comme pour les yaourts, préparer de simples recettes traditionnelles de riz au lait, crème vanille, mousse au chocolat, semoule sucrée, tapioca, ne demande pas beaucoup de temps ni d'énergie, d'autant que ses ingrédients de base se trouvent facilement dans les placards. Les desserts lactés sont contenus également dans de petits pots individuels en verre ou bien dans un grand saladier inox ou verre.
Les dérapages...
Des mousses au chocolat achetées à la volée quand Monsieur a fait des courses vite-fait... pour le plus grand bonheur des enfants ! Pour moi, c'est tout autre chose : l'ineffaçable petite phrase trotte dans ma tête avec mon "J'aurai pu les faire moi-même !" couplée au constat de ma petite poubelle soudainement remplie à bloc par tous ces pots en plastiques (pourtant empilés les uns dans les autres). Cela m'apprendra à mieux m'organiser pour la prochaine fois...

Au 2° étage : fromages & crèmes
FROMAGES
Certains fromages sont pris à la coupe car leur emballage a peu ou pas de plastique : les 2 magasins que je fréquente proposent un papier pelliculé en extérieur ou bien un papier sulfurisé sans plastique, la vendeuse plaçant alors le fromage enrobé dans un petit sachet plastique. Je manque encore d'organisation, mais je ne tarderai pas à me confectionner de petits sacs tissus de récupération pour remplacer ces petits sachets-là. A moins que je n'utilise les nouveaux petits sacs coton 20x20cm...
Le gruyère est également acheté à la coupe, rappé à la maison et placé dans une boite en verre ou inox.
D'autres fromages sont achetés dans leur boite sans plastique.
CRÈME FRAÎCHE
La crème fraîche est contenue dans des pots en verre mais on la trouvera parfois dans mon frigo en briquette. Pour le moment, je ne connais pas encore la composition de ce carton plastifié : il faudra que je m'en préoccupe.
Les dérapages...
Les petites portions de fromages emballage aluminium... Je dois prochainement tester diverses recettes pour faire du fromage frais maison. Si c'est aussi simple que les yaourts maison, ce sera parfait !

Au 3° étage : les viandes et autres sources de protéines
Ne mangeant que très peu de viande (juste ce qu'il faut pour satisfaire l'instinct carnivore de certains de mes petits habitants), la viande est achetée à la découpe, dans un rassemblement de producteurs, me garantissant ainsi de bonnes conditions de vie de l'animal, élevé en liberté. Malheureusement, la volaille est proposée dans un plastique sous-vide : voilà donc un dérapage plastique volontaire dans mon frigo. C'est un choix : je privilégie les conditions de vie de l'animal au détriment de son conditionnement.
La viande est gardée au réfrigérateur dans son papier d'emballage non pelliculé, ou est parfois placée seule dans une boite inox ou verre hermétique.

Au 4° étage : les restes
Les restes sont contenus dans des petites boites hermétiques.
Même si ma famille est grande et que nos animaux finissent nos restes de repas, on trouve tout type de boites, allant de la jolie boite en inox, aux contenants en verre de récupérations (pots de compotes, de confiture...). Le verre laisse voir le contenu, l'inox permet une plus grande contenance (on pourra noter au feutre noir le nom des restes).

Au dernier étage : les légumes et les œufs
Mon frigo présente une plaque en verre au dessus du bac à légumes : je peux alors placer les légumes volumineux et mes boites à œufs (en carton recyclé et réutilisé puisque je les apporte lorsque je vais acheter mes œufs). Le bac à légumes, malheureusement en plastique (#5), est tapissé d'un torchon pour ne pas que mes légumes soient en contact avec. Les légumes sont posés en vrac. Les fois où des courses-dernière-minute m'ont contrainte d'acheter des légumes placés dans un sachet plastique, je les retire et les place en vrac dans ce tiroir.

Dans la porte du frigo
Quelques pots en verre : confitures, cornichons, olives, jus de citron.
Mon beurre peut être placé à même la porte du frigo dans son papier d'emballage (pas de beurre en barquette plastique, bien entendu !), ou bien contenu dans un beurrier inox (pour le beurre des tartines du matin).
LAIT
Le choix de la bouteille de lait est actuellement mon plus grand point d’interrogation... Jusqu'il y a un an, je pouvais trouver du lait en bouteilles de verre consignées, distribué tous les vendredis au rassemblement des producteurs. Mais ce service n'étant plus proposé, j'oscille entre bouteilles de lait frais sous plastique #5 et briques de lait UHT...
Les jus de fruits sont principalement dans des bouteilles en verre et quelque fois dans des briques.



A venir...

Liens pratiques
Recettes desserts lactés simples, faciles et rapides !
Yaourt faits maison (au four / sans yaourtière)
Semoule à la vanille
Tapioca au chocolat
Mousse au chocolat noir
Riz au lait
Crème à la vanille et au chocolat

Les pièges du BPA dans son frigo
Ou comment troquer les produits du frigo pouvant contenir du BPA par d'autres produits ?


Vers une maison sans plastique...

Avant-propos


Aux vues des nombreux mails reçus depuis le début de cette aventure, il était temps de mettre en place une rubrique pour vous aider à chasser peu à peu le BPA et les plastiques de votre quotidien.
Pas à pas, je vous présenterai chacune des pièces de la maison afin de vous montrer que bannir les plastiques, même si ce n'est pas bien compliqué, présente parfois des impasses et des manqués...

Vivre sa vie sans plastique est logique lorsque l'on connait leurs effets néfastes sur la santé et pour l'Environnement.
Le plastique ne m’apparaît plus durable, ce que je croyais il y a encore 6 ans. Avant, je pensais que tous les plastiques se valaient, qu'ils se recyclaient tous et qu'ils étaient inusables. Désormais, je sais qu'il existe 7 familles de plastiques dont 4 d'entre elles sont à éviter à tout prix pour les dangers sanitaires et environnementaux qu'elles représentent.
Je sais aussi que très peu de plastiques sont recyclables et qu'un plastique recyclé restera toujours un plastique : il ne disparaîtra pas puisqu'il ni biodégradable, ni compostable. C'est une matière utilisant des composés fossiles et ne suit pas donc pas un développement durable. C'est enfin une matière non stabilisée : le contenant plastique laissera migrer ses molécules chimiques vers son contenu, qu'il soit chauffé, refroidit, ou laissé à température ambiante. Partant de ce constat, je cherche ainsi à me passer de BPA et je tente de ne plus utiliser de produits plastiques !
Cela vous semble relever de l'exploit ? J'espère, en vous présentant ma vie de tous les jours, vous prouver que ce parcours n'est pas bien cruel. Le plus difficile reste de changer ses habitudes, tout simplement !
Depuis 5 ans j'ai troqué mes mauvais réflexes pour des choix durables et réfléchis.
Cela a un coût ? Ça dépend : j'aborderai l'impact financier que ces changements peuvent apporter, pièce par pièce.


2014 : un nouveau départ !

J'entame ma 6° année d'une vie sans plastique par un déménagement.
Ce changement de décors est une belle opportunité pour penser ce nouveau logis plus adapté encore à mes habitudes sans plastique... Nous éviterons aussi les erreurs faites il y a plus de 10 ans, notamment dans le choix de matériaux tels que des parquets vitrifiés, des tuyaux de plomberie en PER (Polyéthylène Réticulé), véritables nids à plastiques !
Je vais ainsi quitter un logis agréable pour une maison à rénover entièrement : avec ce que cela implique en terme de manque de place, manque de temps, fatigue et stress en tout genre...



La perfection n'existe pas, je me le répète pour me rassurer ! L'important est de faire de son mieux pour des causes qui nous semblent en valoir la peine. Je ne me définis pas telle une pro-anti-plastique, je ne perturbe pas ma vie familiale au point de la rendre invivable et stressante. Je suis juste un raisonnement qui me guide vers une nouvelle consommation. Consommation pas si nouvelle finalement, puisque peu à peu je retrouve la voie de mes aïeux...


Ne pas rester sourd face au BPA...

Des travaux dirigés par Vincent Laudet, directeur de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon ( ENS Lyon, CNRS, université Lyon-I ), publiés le 22 avril 2014 dans le journal de la Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale, estiment que le BPA peut agir avec des récepteurs autres que ceux du système reproducteur.

Je vous invite à lire plus en détails l'article LeMonde du 23.04.14 "Nouveaux soupçons sur le bisphénol A" indiquant notamment que le BPA a de bonnes affinités avec les récepteurs de l'oreille interne du poisson zèbre.

L'oreille interne du poisson zèbre est altérée en présence de bisphénol A.
Vincent Moncorge/IGFL


" Un des enjeux concernant le BPA est effectivement de lui trouver des substituts qui soient réellement inertes pour la santé et l'environnement . "
En attendant ces substituts qui impliqueront beaucoup d'énergie et de recherches, de sacrifices aussi bien animal que financier, pourquoi rester sourd face à une solution simple et efficace : oublier les plastiques et notre mode de consommation plasticophage ?

Je profite de ce billet pour rappeler que les boites de conserves et les canettes de soda ont du BPA.
Le BPA ne se cache pas seulement dans certains plastiques...
Je suis toujours peinée de voir tous les jours des enfants consommer une alimentation contenue dans ces boites métalliques...




N'oublions pas qu'il est simple de ne plus utiliser ces boites métalliques : bouteilles et bocaux en verre proposés par les grandes surfaces et certaines marques Bio, produits surgelés (certes le sachet est en plastique, mais sans BPA), produits frais...








Plein les doigts...





Je vous invite à lire ce joli billet au sujet du BPA qui se touche du bout des doigts...
Merci à Alexandre Imbert pour la qualité de celui-ci..







Nouvelle, nouvelles...

Voilà bien longtemps que je n'avais pas pris le temps de vous écrire. Le blog est un peu délaissé... Mais que devenons-nous ?

Cette absence n'est qu'une apparence car toute une série de nouveautés est en cours de préparation... Lourd labeur que de repenser entièrement un site, prévoir un nouvel espace Blog, anticiper un déménagement à venir...
Vous le comprenez, on déborde encore et toujours de 1000 & 1 projets !

Après avoir traversé une vague de bugs informatiques, nous espèrons enfin atteindre une phase sereine et libérée afin de mettre de nouveau en place nos rendez-vous mensuels tous les premiers Jeudis du mois (notre Jeu du Jeudi), entre autres.

Pour reprendre le titre de ce post Nouvelle, Nouvelles... en plus des nouveautés qui se préparent doucement, il y a aussi une Nouvelle, belle et bien là : Christine !
Christine nous a rejoint depuis un petit mois. Adorablement gentille et patiente, elle s'occupe du SAV, vous accueille au téléphone, et préparera prochainement les commandes.
Je souhaite donc officiellement la bienvenue à Christine et lui espère autant d'épanouissement personnel que ce que cette belle aventure me procure chaque jour...




Pétillante Christine !

31 janvier : il est temps...

Oui !
Il est temps de vous souhaiter une très bonne année !

Loin des messages automatiques où "Bonne année" sonne comme un "Bonjour, tu vas bien ?", nous décidons, le dernier jour du mois, de vous souhaiter de très BONNES choses pour cette nouvelle année... C'est pensé, c'est pesé, c'est sincère...





Et comme le figurait un encart du Canard Enchaîné du 04 décembre dernier, "288 millions de tonnes de matières plastiques ont été produites dans le monde en 2012" (!!!), espérons que nos petites graines d'espoirs pour un monde sans plastique puissent germer à l'infini dans l'esprit et le mode de consommation de tout un chacun sur cette Terre !







Le modèle Béa !

Béa Jonhson avait déjà été présentée lors d'articles parus dans la presse et sur le net.
Un bel exemple pour prouver que oui, il est possible de réduire notre consommation et tous les déchets qui en découlent..
M6 lui a accordé ce week-end un petit bout d'émission (on en voudrait toujours plus) dans 66 Minutes : "Béa Zéro Déchets" (émission du 26.01.14)
Actuellement en rediffusion via MReplay :





De part son expérience qui fascine, elle a écrit un livre pour partager tous ces petits gestes du quotidien pour se passer d'emballages : Zéro déchets - Editions Les Arènes.

Et c'est pur bonheur d'apprendre qu'il est traduit en français depuis fin 2013 !



Bien entendu, on vous le partagera par ici dans quelques jours...
Hâte de le lire !

Merci Béa

Merci Mélanie...

Mélanie, c'est une maman de 5 enfants qui adore sans-bpa.com.
Fidèle cliente, nous avons été ravis d'apprendre qu'elle parle de nous dans son tout nouveau livre paru le 14 janvier dernier : " La grossesse au naturel, c'est malin " des éditions Leduc.S .
Non seulement elle recommande notre boutique mais aussi elle parle de moi, Katia !

  




Il est vrai que mon positionnement sur le BPA n'est plus à démontrer : plutôt que chercher le label " sans BPA", je suis 100% partisane du sans plastique tout court !

A mon tour donc de parler de Mélanie et de son livre commandé et reçu ce lundi : un petit livre malin qu'il fait bon glisser dans son sac ou sa table de chevet lorsqu'on est enceinte ou qu'on rêve déjà de bébé...

Personnellement, pas de nouvelle grossesse en vue.
Mais comme ce livre est bien fait !
Et bien pratique puisque Mélanie sait de quoi elle parle...
J'aurai aimé le lire dès ma première grossesse afin de savoir que suivre une grossesse au naturel n'est pas un parcours du combattant.



Voici ce qui est à savoir sur ce livre...
"Parce qu'un petit être grandit en vous, il est plus que jamais nécessaire de prendre soin de votre corps. Etre une maman nature, c'est à la fois vous respecter, respecter votre enfant mais aussi la planète. Dans ce guide très pratique, vous découvrirez de nombreux conseils concrets pour adopter les bons réflexes durant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement."

On peut directement se le procurer chez l'éditeur ICI mais nous le proposerons très rapidement aussi sur sans-bpa.com dans notre section Livres : un bon coup de pouce pour Mélanie et son petit bijou...


Qui est Mélanie ?
Elle est adorable (nous nous sommes téléphonées) et très humaine..
Elle est très à l'écoute de ses lecteurs (elle a déjà écrit 3 autres livres : 100 réflexes d'allaitements, 100 réflexes jeune maman, Comment rester amant quand on devient parents ?)


Mélanie SCHMIDT-ULMANN est « Mom and baby planner », dont le rôle est d’accompagner les futurs parents d’un point de vue émotionnel et pratique. Après avoir vécu en Angleterre, puis aux États-Unis, Mélanie vit et travaille en Autriche à Vienne, où elle propose ses ateliers et son coaching aux futures et nouvelles mamans. Ses services sont également disponibles à distance via son site. Mélanie est aussi à la tête d’une joyeuse tribu de 5 enfants (Henry, Lucas, Hippolyte, Félix et Victoire).




Si vous souhaitez lire les premières pages du livre, c'est par ICI !




Diviser par 10 la dose de BPA par jour... Bon point !



L’Autorité européenne de sécurité  des aliments (EFSA) estime qu’il faudrait diviser par 10 la dose journalière tolérable (DJT) de bisphénol A,  " celle-ci devant passer de 50 microgrammes par jour et par kilo de poids corporel (µg/j/kg) à 5 µg/j/kg. "

Bonne nouvelle.

Mais, le RES dénonce une expertise qui ne tient pas compte de la réalité des données scientifiques...

 " Certes l’EFSA admet l’émergence de nouvelles preuves indiquant des effets du BPA sur la reproduction, le métabolisme, le système immunitaire et des effets neurocomportentaux et cardiovasculaires, mais par quelques tours de passe-passe, ces effets ne sont pas retenus comme pertinents. [...] Tandis que l’ANSES s’est positionné sur un objectif de protection renforcée de la santé des personnes vulnérables et travaille au dépôt d’un dossier de restriction sur le papier thermique traité au BPA (comme les tickets de caisse), l’EFSA ne remplit pas le rôle qu’on est en droit d’attendre d’une agence en charge de protéger la santé publique » dénonce André Cicolella. 

Attendons le retour de l'Anses, annoncé avant le 13 mars prochain...


Aller plus loin..
EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des aliments)
RES : communiqué de presse du 17/01/14

LeMonde.fr / Stéphane Foucart - 20/01/14






Du plastique dans les cosmétiques...


Découverte...
On souhaite ne plus utiliser de cosmétiques en flacon afin de réduire l'utilisation de récipients plastiques, allégeant ainsi l'impact catastrophique sur l'environnement.

On choisit donc de troquer son gel douche contre un savon en pain, son shampoing liquide contre un shampoing solide, et on découvre le bonheur de produits simples & naturels, la joie de tartiner la jolie frimousse de ses enfants d'une seule et unique "potion magique" : de l'huile végétale contenue dans un flacon de verre...
Tel est mon parcours et ma satisfaction personnelle.



Mais que penser lorsqu'on découvre qu'en plus du contenant, la composition d'un très grand nombre de cosmétiques contient aussi du plastique ???
Des microbilles de plastiques !




Le monde tourne à l'envers...

Le saviez-vous ? Grand nombre de crèmes, shampoing-douche, gels, déodorants, maquillages (...) contiennent des MICROBILLES de plastique !!! En PE ou PP, ces microbilles confèrent aux cosmétiques un aspect soyeux, agréable à appliquer, intervenant même pour lisser nos rides naissantes !
Cela représente bien entendu un impact de plus pour l'environnement, désastreux, puisque ces micro-particules de plastique ne peuvent être filtrées et finissent aux fonds de nos océans, intoxiquant une fois de plus le monde aquatique.




Solution...

LE FIGARO dénonçait cet usage en début d'année, et nous sommes ravis d'apprendre via le blog de Surfrider Fondation, qu'une application est désormais disponible pour détecter ces microbilles dans les cosmétiques :


Remercions pleinement Plastic Soup Foundation et North Sea Foundation de nous permettre de savoir si nos produits contiennent ou non ces microbilles.

à télécharger




Communiqué de presse
4 octobre 2013 Montego Bay, Jamaïque

La campagne néerlandaise ‘Beat the Microbead’ s’étend à l’international.
Aujourd’hui, l’application smartphone ‘Beat the Microbead’ est lancée à l’international. Cette 
application informe les consommateurs de la présence de microbilles de plastiques dans leurs 
produits cosmétiques et permet aux consommateurs respectueux de l’environnement d’être encore 
plus éco-responsable dans leur comportement d’achat. Le Programme des Nations Unies pour 
l’environnement avait commandé en début d’année une version adaptée à l’international de 
l’application néerlandaise et compatible avec les systèmes Windows phone, IOS, Android. Maria 
Westerbos et Jeroen Dagevos des ONG Plastic Soup Foundation et de the North Sea Foundation ont 
présenté la version Internationale de l’application « beat the microbead » au cours de la deuxième
Conférence internationale du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) sur les 
connexions entre la terre et l’océan (GLOC-2 conference of the UNEP).

Cette application permet aux consommateurs de scanner le code barre des produits cosmétiques 
qu’ils pensent acheter pour voir s’ils contiennent des microplastiques. Cette application fonctionne 
avec un code couleur : rouge, orange et vert. La couleur rouge indique que le produit contient des 
microbilles de plastique. La couleur orange indique que le produit contient également des 
microbilles, mais que le producteur a fait part de son intention de les remplacer ou de modifier la 
composition de ses produits dans un futur proche. La couleur verte indique que le produit n’en 
contient pas.
Ce projet est financé par le PNUE et par l’ONG britannique Fauna & Flora International (FFI) qui a 
récemment lance un guide de bonnes pratiques concernant les produits gommant et exfoliant. Ce 
guide s’intéresse à l’utilisation des microbilles de plastique dans les produits destinés au marché 
britannique. L’application internationale « beat the microbead » est disponible gratuitement en cinq 
langues depuis le 4 octobre.

Maria Westerbos: « Normalement, cette application pourrait être disponible dans tous les pays du 
monde mais à condition que les ONG locales participent au projet en fournissant une liste des 
produits d’hygiène et de soin qui contiennent des microbilles de plastique. Des ONG des Etats Unis, de Grande Bretagne, d’Allemagne, de France, de Hong Kong et du Canada travaillent actuellement sur la campagne. Récemment, des ONG du Brésil, de Suède et de Nouvelle Zélande ont rejoint le mouvement. Nous espérons de nombreuses réactions positives et nous souhaitons que l’application se répande comme une trainée de poudre dans le monde. Il est devenu évident que l’application 
rencontre un franc succès auprès des consommateurs qui veulent utiliser des produits qui se dégrade 
de manière naturelle et écologique ».Jeroen Dagevos: « Le plastique ne se décompose que partiellement et se fragmente en de minuscules  particules de plastiques appelées microplastique. Le pire c’est que les stations d’épuration ne sont pas équipées pour filtrer complètement les microbilles et les microplastiques et contribuent ainsi à alimenter la soupe plastique qui menace les océans. L’application « beat the microbead » est le fruit d’une collaboration réussie entre plus de 30 ONG et s’attaque de front à un problème qui commence dans nos salles de bain, lorsque nous accomplissons notre toilette quotidienne ».

Westerbos: « C’est sûr, qui voudrait se laver les cheveux ou les dents avec du plastique ? Personne ! »


Concernant Plastic Soup Foundation et North Sea Foundation

Le but de Plastic Soup foundation est de stopper au niveau national et international la pollution 
plastique de nos océans. Pour plus d’information : http://plasticsoupfoundation.org/

North Sea Foundation (SDN) est une organisation environnementale qui s’est engagé à promouvoir 
une utilisation durable de la mer du Nord. L’organisation tend vers une mer saine et propice au 
développement des espèces marines. Les sujets de préoccupations de l’association sont les espèces
et les écosystèmes menacés, la pêche durable, une navigation écologique, la pollution de la mer du 
Nord et du littoral par les déchets (Coastwatch & MyBeach) et la planification de l’espace maritime. 
Pour plus d’information : http://www.noordzee.nl/.

L’application peut être téléchargée sur le site www.beatthemicrobead.org qui contient également des 
informations sur cette problématique et sur la campagne.

Contact presse:
Maria Westerbos, Directrice de Plastic Soup Foundation, 00 31 6 51090691
Jeroen Dagevos, Project leader Waste, Foundation the North Sea, 00 31 6 43727880
Peter Keijzer, L&DJ PR, 00 31 20 421 05 65










Perturbateurs endocriniens : ni dans mon corps, ni dans mon assiette, ni dans l'environnement

Envie de participer à la pétition contre les perturbateurs endocriniens ?
C'est jusqu'au 20/09/13..


En savoir plus...

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou synthétique qui interfèrent avec le fonctionnement des systèmes endocriniens. Le dysfonctionnement peut toucher différentes fonctions telles que les fonctions reproductrices, la croissance, le développement, le comportement et la production, l’utilisation ou le stockage de l’énergie. L’exposition à de telles substances est susceptible de porter atteinte à la santé humaine et à l’environnement.
Lors de la conférence environnementale de septembre 2012, le Gouvernement s’est engagé à élaborer une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.
Un groupe de travail constitué de parlementaires, de représentants des organismes publics de recherche, d’expertise et de surveillance, de représentants d’associations de protection de l’environnement et de défense des consommateurs et de représentants des entreprises et organisations professionnelles, réuni à plusieurs reprises au premier semestre 2013, a présenté ses réflexions et propositions, qui font l’objet de cette consultation.

Donnez votre avis sur le rapport du groupe de travail relatif à l’élaboration d’une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens...






Super Trash... ça va déranger !

Vivement le 09 octobre prochain pour découvrir Super Trash !

Martin nous livrera un spectacle dérangeant, très dérangeant...
Même pour ceux qui comme nous font tout pour réduire au maximum leurs déchets et trient consciencieusement leurs emballages...

La bande d'annonce donne le son...




Marianne, le journal partenaire, dresse un tableau :

« Super Trash » est le film coup de poing de la rentrée
Il nous tend le miroir de ce que nous ne voulons voir à aucun prix : les conséquences d’une société où tout est à vendre et dont l’appétit de consommation résume les moyens et la fin. 


Ça n’est pas un film bien pensant du type «yaka-faucon» ! Au contraire ! Voilà un reportage d’une guerre qui se déroule à la porte de nos villes, juste composé des images filmées jour après jour durant quatorze mois par un reporter en immersion dans une méga décharge. Celle de Villeneuve-Loubet. La fable du recyclage et du tri sélectif, qui donne bonne conscience aux bobos écolos y est pulvérisée et nous renvoie tous à nos responsabilités individuelles et collectives. 

Marianne a choisi d’être partenaire du film de Martin Esposito, car nous nous reconnaissons dans ce journalisme qui témoigne, et que nous comptons imposer le débat de ce gâchis institutionnalisé sur la place publique. 

Max Armanet 
Directeur des opérations extérieures 
de Marianne




Sous les déchets, des bouteilles de verre

Sous les déchets, de la nourriture

Le monde merveilleux des ordures...




Accès direct site SUPER TRASH :
par ICI








Qu'y a-t-il à gagner aujourd'hui ? de la fraîcheur...




Qu'y a-t-il à gagner aujourd'hui ? Des pailles sans plastique !


Bonne nouvelle que de pouvoir peut-être gagner un lot de 4 pailles inox, zéro plastique, à l'heure où l'on connait les dernières trouvailles scientifiques de l'équipe française de l'INRA : le BPA passe aussi directement dans le corps sous la langue !! - EN SAVOIR + )




Bonne chance... Et n'oubliez pas :  plus on partage, plus on a de chance de gagner !



Passage direct du BPA sous la langue...



Pendant que l'on s'amuse par ici avec tous ces jeux et produits à gagner, il y en a certains qui travaillent et qui travaillent même très fort !

Des chercheurs français de l'INRA viennent de démontrer le 12 juin dernier que le BPA passe aussi dans notre corps via les muqueuses situées sous la langue : accès direct dans l'organisme et dans le sang ! Sans être filtré, comme c'est le cas lorsque du BPA est ingéré par voie intestinale...

C'est alors que notre corps présentera un taux de BPA dans le sang fatalement plus élevé, pouvant atteindre une concentration de BPA biologiquement active...

Un grand chamboulement et espérons-le, de prochaines nouvelles mesures de sécurité sanitaire...


En attendant, et si nous oubliions le plastique ?


A lire
Libération - Sciences - Sylvestre HUET - L'INRA, le bisphéol-A et les perturbateurs endocriniens.
Le Monde - Stéphane FOUCART - L'étude que va révolutionner l'évaluation des risques du bisphénol-A.
Environmental Health Perspectives - Equipe de Véronique Gayrard - High Bioavailability of Bisphénol-A from Sublingual exposure - Juin 2013




Qu'y a-t-il à gagner aujourd'hui ? Des couverts !

Nous enchaînons notre série de produits à gagner : chaque jour, un nouveau produit est proposé en promotion pendant 2 jours. Et pendant 2 jours vous pouvez peut-être le gagner en vous inscrivant sur la page du jour...

Aujourd'hui, ce sont les couverts 2-en-1 en bambou qui sont à gagner.
Filet Azur ou Ardoise, venez afficher vos préférences..




Le saviez-vous ?
Plus vous partagez les jeux, plus vous avez de chance de gagner :
car si c'est l'un de vos partages qui est tiré au sort, vous aussi gagnerez le produit !

Alors, on partage ?